Défenses indiennes

On appelle Défenses Indiennes l’ensemble des ouvertures commençant par le coup 1. d4 Cf6.

Défenses Indiennes

Les transpositions constituent un facteur important, et beaucoup des positions-type de la défense indienne peuvent être atteintes dans plusieurs ordres de coups. Toutes sont, à des degrés divers, des défenses hypermodernes, dans lesquelles les noirs invitent les blancs à établir une importante présence au centre, avec pour plan de l’appréhender, de l’ébranler puis de la détruire. Bien que les défenses indiennes aient été, dans les années 1920, maîtrisées par les joueurs de l’école hypermoderne, elles ne furent pas totalement acceptées avant que des joueurs soviétiques prouvent, vers la fin des années 1940, que ces systèmes étaient bons pour les noirs. Depuis lors, les défenses indiennes sont devenues la réponse la plus populaire à 1.d4, parce qu’elles offrent un jeu déséquilibré avec des chances pour les deux côtés.

Les Défenses Indiennes sont considérées plus ambitieuses et à double-tranchant que la réponse symétrique …d5. Dans le Gambit Dame Refusé, les noirs acceptent une position resserrée, passive, avec comme plan d’égaliser progressivement et d’obtenir du contre-jeu. Au contraire, briser la symétrie dès le premier coup mène rapidement à un combat au centre, qui peut permettre aux noirs d’obtenir du contre-jeu sans nécessairement égaliser auparavant.

Les blancs ont pour habitude de jouer ensuite 2.c4, s’emparant d’une plus grande part du centre, et s’autorisant le coup Cc3, qui va permettre le déplacement du pion e en e4, sans pour autant bloquer le pion c. Les réponses noires les plus populaires sont :

2…e6, qui libère le fou-roi et mène dans la Défense Nimzo-indienne, la Défense Ouest-indienne, la Défense Bogo-indienne, la Benoni Moderne, ou dans des lignes habituelles du Gambit Dame Refusé,

2… g6, préparant le fianchetto du fou-roi et l’entrée dans la Défense Est-indienne ou la Défense Grünfeld, et

2… c5, la Benoni Moderne, contre-attaque immédiate au centre.

Mais d’autres coups sont joués également, dont voici le détail :

1.d4 Cf6 2.c4 b6 Défense Ouest-indienne accélérée

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 Défense Benoni

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 b5 Gambit Benko (ou Gambit Volga)

1.d4 Cf6 2.c4 c6 Défense Slavo-indienne

1.d4 Cf6 2.c4 Cc6 Tango des cavaliers noirs

1.d4 Cf6 2.c4 d6 3.Cc3 e5 Vieille Défense Indienne

1.d4 Cf6 2.c4 d6 3.Cc3 Ff5 Défense Indienne Janowski

1.d4 Cf6 2.c4 e5 Gambit de Budapest

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 Défense Nimzo-indienne

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 c5 4.d5 Benoni Moderne

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 Fb4+ Défense Bogo-indienne

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 b5 Défense Polonaise

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 b6 Défense Ouest-indienne

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 c5 4.d5 b5 Gambit Blumenfeld

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 Ce4 Défense Döry

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Fg5 Attaque Néo-indienne

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.g3 Ouverture Catalane

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 d5 Défense Grünfeld

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 Défense Est-indienne (KID)

1.d4 Cf6 2.Cf3 e6 3.Fg5 Attaque Torre

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.Cc3 d5 4. Ff4 Fg7 5. e3 O-O 6. Fe2 Attaque Barry

1.d4 Cf6 2.Fg5 Attaque Trompowski

Prônée par Nimzowitsch dès 1913, la Défense Nimzo-Indienne fut le premier système indien à se voir totalement accepté. Il demeure aujourd’hui une des réponses à 1.d4 les plus populaires et respectées, et les blancs choisissent souvent l’ordre de leurs coups de manière à l’éviter. Les noirs attaquent le centre avec leurs pièces, et vont peut-être échanger fou contre cavalier pour affaiblir l’aile-dame blanche avec des pions doublés.

La Défense Est-Indienne est agressive et quelque peu risquée; et son utilisation indique généralement que les noirs ne vont pas se contenter d’un match nul. Bien qu’elle ait été jouée dès la fin du 19ème siècle, la KID (King’s Indian Defence) fut considérée inférieure jusqu’aux années 1940, date à laquelle elle fit son apparition dans les parties de Bronstein, Boleslavsky, et Reshevsky. Défense préférée de Fischer face à 1.d4, sa popularité déclina au milieu des années 1970. Les succès qu’obtint Kasparov avec l’ont ramenée sur le devant de la scène dans les années 1980.

Ernst Grünfeld posa les bases de la Défense Grünfeld en 1922. A cette époque, la KID n’était pas considérée comme entièrement satisfaisante, et, par l’utilisation du coup 3…d5, Grünfeld entendait l’améliorer. La Grünfeld a été adoptée par les champions du monde Smyslov, Fischer, and Kasparov.

La Défense Ouest-Indienne est réputée solide et sûre. On la considère aussi parfois comme une arme efficace pour obtenir la partie nulle. Les noirs choisissent souvent l’Ouest-Indienne lorsque les blancs évitent la Nimzo-Indienne en jouant 3.Cf3 au lieu de of 3.Cc3. Les noirs bâtissent une bonne position, sans concessions sur le plan positionnel, mais il n’est cependant pas toujours facile pour eux d’obtenir de bonnes chances de victoire. Karpov est l’un des experts les plus en vue de cette ouverture.

La Défense Benoni Moderne constitue pour les noirs une tentative plutôt risquée, dont l’objectif est de déséquilibrer la situation et d’obtenir un jeu de pièces actif, au prix, toutefois, de concessions positionnelles accordées aux blancs : ceux-ci disposent d’un pion avancé en d5 ainsi que de la majorité au centre. Tal popularisa cette défense dans les années 1960 en remportant plusieurs victoires brillantes avec, et Bobby Fischer l’adopta occasionnellement, avec de bons résultats, y compris une victoire lors de son match de championnat du monde de 1972 contre Boris Spassky. Souvent, les noirs optent pour un ordre de coups légèrement différent, jouant 2…e6 avant 3…c5, de manière à éviter certaines lignes très pointues qui offrent l’avantage aux blancs.

Le Gambit Benko est souvent joué par de forts joueurs, et est très populaire à niveaux inférieurs. Les noirs jouent dans les lignes ouvertes sur l’aile-dame, où les blancs vont être assujettis à une pression considérable. Si les blancs acceptent le gambit, les noirs vont obtenir des dédommagements d’ordre positionnel plus que tactique, et pourront conserver l’initiative même après que de nombreuses pièces aient été échangées, et s’offrir ainsi une bonne fin de partie. La plupart du temps, les blancs choisissent donc soit de refuser le gambit, soit de rendre le pion.

Le Tango des cavaliers noirs, ou Défense Mexicaine, présenté par Carlos Torre en 1925 à Baden Baden, partage des similitudes avec la Défense Alekhine : les noirs cherchent à montrer que l’avance des pions blancs est prématurée. Il peut être transposé dans de nombreuses autres défenses.

La Défense Bogo-Indienne constitue une alternative solide à l’Ouest-Indienne, dans laquelle elle est parfois transposée. Elle est toutefois moins populaire que cette dernière, peut-être parce que beaucoup de joueurs ont des réticences à se séparer de leur paire de fous (surtout sans doubler les pions blancs), ce que les noirs finissent souvent par faire après 4.Cbd2. On voit souvent aussi le classique 4.Fd2 De7, bien que, plus récemment, 4…a5!? ou même 4…c5!? aient émergé en alternatives. La transposition dans une Nimzo-Indienne, avec 4.Cc3 est tout à fait jouable, mais on l’observe rarement, parce que la plupart des joueurs qui jouent 3.Cf3 le font justement pour éviter cette dernière.

La Vieille Défense Indienne fut présentée par Tarrasch en 1902, mais on l’associe plus fréquemment à Chigorin qui l’adopta cinq ans plus tard. Similaire à la Défense Est-Indienne de par le centre de pions …d6 et …e5, elle s’en distingue cependant par le développement du fou en e7, et non en fianchetto en g7 comme dans la Défense Est-Indienne. La Vieille Indienne est solide, mais la situation des noirs s’avère la plupart du temps serrée, et, de plus, elle n’offre pas les mêmes possibilités dynamiques que l’Est-Indienne.

Les principales caractéristiques de l’ouverture Catalane sont le centre de pions blancs (d4 et c4) et le fianchetto blanc du fou-roi. La Catalane ressemble à un mélange de Gambit Dame et d’ouverture Réti. Du fait que la position de la Catalane peut être atteinte de plusieurs manières différentes (par exemple, 1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cf3 Cf6 4.g3, à partir du Gambit Dame Refusé), on l’appelle parfois Système Catalane.

L’Attaque Néo-Indienne, l’Attaque Torre et l’Attaque Trompowski sont des variantes blanches anti-indiennes. Comme l’Attaque Richter-Veresov, elles ont pour principale caractéristique Fg5 joué tôt dans la partie par les blancs, et elles permettent d’éviter une grande partie de la théorie détaillée des autres ouvertures pion-dame. Une autre option pour les blancs est l’Attaque Barry, populaire chez les joueurs de club : 1.d4 Cf6 2. Cf3 g6 3. Cc3 d5 4.Ff4 Fg7 5.e3 O-O 6. Fe2. Les blancs poursuivent habituellement Ce5 et h2-h4-h5, lançant une attaque directe sur le roi noir. L’Attaque Barry a été testée au top-niveau par Mark Hebden et Julian Hodgson.

Le Gambit (ou Contre-gambit) Blumenfeld ressemble un peu (il est vrai, superficiellement, et, à y regarder de plus près, assez peu) au Gambit Benko, mais les buts des noirs sont très différents. Ils gambitent un pion sur l’aile pour ainsi bâtir un centre fort. Les blancs peuvent, bien sûr, soit accepter le gambit, soit le refuser de manière à conserver un petit avantage positionnel. Bien que jouable avec les noirs, la Blumenfeld n’est pas très populaire.

La Défense Döry n’est pas banale, mais elle fut parfois adoptée par Keres. On la voit parfois transposée dans une variante de la Défense Ouest-Indienne, mais il existe aussi quelques lignes indépendantes.

La Défense Ouest-Indienne accélérée (2…b6) est jouable, ce même si la théorie moderne ne voit d’un bon œil l’Ouest-Indienne qu’après 2…e6 3 Cf3.

La Défense Slavo-Indienne est une idée obscure qu’on peut transposer dans l’Est-Indienne ou dans la Défense Slave.

Le Gambit de Budapest est rarement joué par les grands maîtres, mais plus souvent adopté par les amateurs. Bien qu’il s’agisse d’un gambit, les blancs ne peuvent conserver leur pion d’avance qu’en compromettant le déploiement de leurs pièces, et donc, ils choisissent souvent de rendre le pion et de se réemparer de l’initiative.

Laisser un commentaire