Début Betbeder

Betbeder Matibet Louis

29/08/1901 (Orléans) – 05/05/1986 (Paris)

Il apprend à jouer seulement à 20 ans alors qu’il prépare une licence es sciences à la Sorbonne. En 1925, il tombe malade et s’occupe en lisant le livre sur le tournoi de New York 1924 avec les parties commentées par Alekhine. Cela lui donne l’envie de s’inscrire au tournoi subsidiaire du championnat de France 1925, qu’il remporte et qui marque le début de sa carrière de joueur d’échecs.

Par la suite, il participe à de très nombreux championnats de France sans jamais pouvoir l’emporter, il est second en 1928 et en 1946.

Il représente la France à 7 olympiades, ce qui doit constituer une sorte de record : Londres 1927, La Haye 1928, Hambourg 1930, Prague 1931, Folkestone 1933, Varsovie 1935, Munich 1936.

Ensuite, son mariage et sa carrière professionnelle d’ingénieur à la RATP ont freiné son activité échiquéenne.

Il a donné son nom à un début dont il s’était fait une spécialité : 1.d4 d5 2.Cç3 (appelé aussi début Veresov entre autres…).

Début Betbeder

En bloquant le pion c2, les blancs enlèvent de la souplesse à leur position et la possibilité de gagner de l’espace par c4, raison qui fait douter les théoriciens du bien fondé du début Betbeder (certains pays l’appellent « Début Veressov).

Il est nommé Arbitre International par la FIDE en 1967.

En 1980, dans la revue Echecs Français on peut trouver un entretien où il revient sur ses souvenirs. Il annonce dans cet article avoir rédigé un manuscrit sur les 100 meilleures parties d’Alekhine (qu’il a bien connu) entre 1927 et 1946. A ma connaissance ce manuscrit n’a pas été publié.

Laisser un commentaire