Défense Alhekine

La défense Alekhine

La défense Alhekine

nommée ainsi en hommage au joueur franco-russe Alexandre Alekhine, qui l’employa en 1921. Il semble cependant que si le prestige d’Alekhine a rejailli sur cette défense, certains maîtres ont étudié et pratiqué cette ouverture bien avant lui1, qui ne l’a pas jouée souvent.

Les coups composant l’ouverture sont les suivants : 1. e4 Cf6. Après 1. e4 Cf6, les Blancs poursuivent normalement par 2. e5 car défendre le pion e4 donne aux Noirs une partie assez simple :

  • 1. e4 Cf6 2. Cc3 e5 transpose dans la partie viennoise ;
  • 1. e4 Cf6 2. Cc3 d5 reste dans l’Alekhine proprement dite. Ces deux options posent peu de problèmes aux Noirs.

La philosophie de la défense Alekhine est d’inciter les Blancs à se créer un centre de pions avancés au détriment du développement. Les Noirs, en avance de développement, pourront alors attaquer le centre blanc vulnérable.

Après 2. e5 Cd5, les Blancs peuvent poursuivre par l’une des quatre variantes suivantes :

  • la variante moderne : 1. e4 Cf6 2. e5 Cd5 3. d4 d6 4. Cf3 (voir diagramme), qui est jugée la meilleure selon la théorie. Il peut suivre :
    • 4…Fg4 avec pour suite principale 5. Fe2,
    • 4…g6,
    • 4…c6.
  • la variante de la chasse : 1. e4 Cf6 2. e5 Cd5 3. c4 Cb6 4. c5 Cd5 5. d4,
  • la variante des quatre pions : 1. e4 Cf6 2. e5 Cd5 3. c4 Cb6 4. d4 d6 5.f4 (voir diagramme),
  • la variante d’échange : 1. e4 Cf6 2. e5 Cd5 3. c4 Cb6 4. d4 d6 5. exd6.

Le coup-clé pour les Noirs, comme on peut le voir dans ces variantes, est la poussée d6, qui attaque la pointe du centre blanc. Lavariante des quatre pions est une tentative aiguë d’écraser les Noirs sous un déluge de pions centraux. La variante moderne privilégie, elle, le jeu des pièces

La défense Alekhine fut longtemps considérée comme mauvaise pour les Noirs jusqu’à ce que Bobby Fischer prouvât sa correction en l’employant deux fois lors de son match du championnat du monde de 1972 à Reykjavik (Islande), face à Boris Spassky. Il gagna une fois et fit nulle à l’autre partie (voir partie ci-dessous).

Une partie célèbre

Boris SpasskyBobby Fischerchampionnat du monde de 1972Reykjavik, 19e partie2.

1. e4 Cf6 2. e5 Cd5 3. d4 d6 4. Cf3 Fg4 5. Fe2 e6 6. o-o Fe7 7. h3 Fh5 8. c4 Cb6 9. Cc3 o-o 10. Fe3 d5 11. c5 Fxf3 12. Fxf3 Cc4 13. b3 Cxe3 14. fxe3 b6 15. e4 c6 16. b4 bxc5 17. bxc5 Da5 18. Cxd5 Fg5 19. Fh5 cxd5 20. Fxf7+ Txf7 21. Txf7 Dd2 22. Dxd2 Fxd2 23. Taf1 Cc6 24. exd5 exd5 25. Td7 Fe3+ 26. Rh1 Fxd4 27. e6 Fe5 28. Txd5 Te8 29. Te1 Txe6 30. Td6 Rf7 31. Txc6 Txc6 32. Txe5 Rf6 33. Td5 Re6 34. Th5 h6 35. Rh2 Ta6 36. c6 Txc6 37. Ta5 a6 38. Rg3 Rf6 39. Rf3 Tc3+ 40. Rf2 Tc2+ ½-½.

Bibliographie

  • (en) John Cox, Starting Out: Alekhine’s Defense, Everyman Chess, 2004
  • (enAlexander KhalifmanOpening for White according to Anand 1. e4, Vol. 5, Chess Stars, 2005.

Notes et références

  1.  (enLes origines de la défense Alekhine [archive] sur le site de l’historien des échecs Edward Winter.
  2.  (enSpassky-Fischer 1972 [archive] sur ChessGames.com

 

Laisser un commentaire