Contre Gambit Albin

Le contre-gambit Albin

Un gambit noir en réponse au Gambit Dame blanc.

 Contre Gambit Albin

 1.d4 d5 2.c4 e5

Dans le classement ECO, elle est désignée par les codes D08 et D09 : son traitement occupe une seule page, en tout et pour tout, dans l’Encyclopédie des ouvertures d’échecs, ce qui illustre bien son manque de popularité à haut niveau. Habituellement considérée comme risquée, voire inférieure pour les noirs, elle a cependant retrouvé récemment une certaine faveur après avoir été adoptée par le très fort GMI Alexander Morozevich.

Historique

Le contre-gambit Albin a été lancé par le joueur roumain Adolf Albin en 1893 à New York contre le futur champion du monde Emanuel Lasker, puis en 1896, contre Mikhail Tchigorine à Nuremberg. Il connut un grand succès au tournoi de Munich en 1900 et fut adopté par les grands attaquants de l’époque : Frank MarshallJacques Mieses et Xavier Tartakover. Sa vogue s’éteignit avec la Première Guerre mondiale. Il fut cependant encore sporadiquement utilisé par la suite. En revanche, certains adeptes l’utilisent assez volontiers dans la compétition par correspondance.

Depuis 2004, Alexander Morozevitch a relancé le débat au sujet du contre-gambit en y apportant des idées nouvelles et en jouant celui-ci, avec des résultats très positifs, contre certains des meilleurs joueurs du monde.

Variantes

Le contre-gambit Albin s’obtient après les coups : 1. d4 d5 2. c4 e5

3. dxe5 (le contre-gambit est presque toujours accepté) d4, et maintenant :
  • 4. e4 : variante de Munich ;
  • 4. e3 ? Fb4+ 5.Fd2 dxe3 6.Fxb4 ? exf2+ 7.Re2 fxg1=C+ 8.Re1 Dh4 et les noirs sont mieux ;
  • 4. Cf3 Cc6
    • 5. e3? Fb4+ 6.Fd2 dxe3 7.Fxb4 exf2+ 8.Re2 Dxd1+ 9.Rxd1 Cxb4 et les noirs ont un pion de plus (f2), même si la survie de celui-ci n’est pas assurée ;
    • 5. Cbd2 : variante Alapine ;
    • 5. a3 : variante Lasker ;
    • 5. g3 : variante Tchigorine.

Laisser un commentaire