Tournoi de Vienne 1882

Après son succès au tournoi de Vienne 1873, Steinitz se retira des compétitions pendant plus de six ans (de 1874 à 1875 et de 1877 à 1881) : il ne disputa qu’un match contre Blackburne en 1876.

En 1878, Zukertort remporta le fort tournoi de Paris devant Winawer (au départage), Blackburne, Mackenzie, Bird, Anderssen, Englisch, Rosenthal, Clerc et Mason. Adolf Anderssen mourut le 13 mars 1879. Le 8 mars 1879, peu avant la mort de Anderssen, le Irish Times, écrivait que du fait de son absence prolongée des tournois, Steinitz avait abandonné sa première place et que Zukertort devait être considéré le champion des échecs.

Le tournoi de Vienne 1882 était organisé pour fêter les 25 ans du club d’échecs de Vienne. Ce tournoi, organisé pendant sept semaines de mai à juin 1882, avait dix-huit participants et réunissait dix des meilleurs joueurs de l’époque16 : SteinitzZukertortBlackburneSchwarzEnglischMackenzieTchigorineMasonWinawer et Paulsen ainsi que Weiss et Bird. Étaient absents du tournoi de Vienne, outre Paul Morphy qui ne jouait plus depuis 1860, le Franco-polonais Samuel RosenthalIsidor Gunsberg et l’Américain Max Judd.

C’était un tournoi à deux tours (les joueurs s’affrontaient deux fois : une fois avec les Blancs et une fois avec les Noirs). Steinitz et Winawer remportèrent le tournoi, ex æquo (avec 24 points sur 34), devant Mason (troisième avec un point de moins), Zukertort et Mackenzie (quatrièmes-cinquièmes). Un match de départage en deux parties fut organisé entre les deux premiers, Steinitz et Winawer. Il se termina par l’égalité : une victoire pour chaque joueur.

Match entre Zukertort et Steinitz en 1886.

Article détaillé : Tournoi d’échecs de Londres 1883.

Le tournoi de Londres 1883, disputé d’avril à juin était un tournoi à deux tours avec quatorze joueurs. Il réunissait les sept meilleurs joueurs de l’époque : Steinitz, Zukertort, Winawer, Blackburne, Mackenzie, English et Mason ainsi que Tchigorine, Rosenthal (France) et Bird. Zukertort devança Steinitz, avec trois points d’avance.

En juillet 1883, The Chess Player’s Chronicle considérait que du fait de sa victoire à Londres (avec trois points d’écart), Zukertort devait être considéré comme le champion du monde des échecs.