Récapitulatif répertoire Noir

Récapitulatif répertoire Noir

Un répertoire bien constitué est un système d’ouverture qui nous permet de jouer des types de position que nous connaissons quoi qu’il arrive que l’on ait les Blancs ou les Noirs. Cependant même si nous pouvons atteindre cet objectif même avec les Noirs, ces derniers dépendent quelque peu du premier coup blanc. Dans notre répertoire nous avons deux systèmes qui font face à cette problématique.

1…c5 la Position Standard Noire (PSN) ou Position type Sicilienne

Récapitulatif répertoire Noir

 

1…f5 Le Stonewall ou Bird en second

Récapitulatif répertoire Noir

Cette page permet de présenter un ensemble de vidéos qui ont pour but de conseiller le choix à faire (entre 1…c5 ou 1…f5) face à chaque premier coup blanc et même les plus farfelus.

Les Blancs jouent 1.a4

Ouverture Ware

 ou ouverture foin des prés, est rarement jouée, et commence par 1. a4.

Elle tient son nom du joueur d’échecs américain Preston Ware, qui jouait souvent des ouvertures alternatives.

L’ouverture Ware attaque la case b5 et menace la mise en jeu rapide de la tour a1. En pratique, il s’agit de l’un des pires coups que puissent jouer les blancs. La case b5 n’a rien d’essentiel, et si les noirs jouent 1…e5, le fou en f8 interdit la sortie de la tour. La réponse 1…e5, également, permet aux noirs de gagner du terrain au centre (ce qu’une ouverture est supposée permettre, mais dont se montre incapable l’ouverture Ware).

Variantes:

  • La variante Crab: 1… e5 2. h4.
  • Le gambit Wing : 1… b5 2. axb5 Fb7
  • Le gambit Cologne : 1… b6 2. d4 d5 3. Cc3 Cd7
  • Le gambit Ware : 1… e5 2. a5 d5 3. e3 f5 4. a6

Preston Ware Jr. (12 août 1821 – 29 janvier 1890) était un joueur d’échecs américain.Il est surtout connu aujourd’hui pour jouer des ouvertures d’échecs peu orthodoxes.

Ware est né à Wrentham, Massachusetts, et est mort à Boston, Massachusetts.

Mandarins de Boston

Ware était un membre influent des «mandarins du bouton jaune» à Boston. Le «bouton jaune» était une épingle portée dans les chapeaux des fonctionnaires impériaux chinois pour indiquer le rang élevé dans la fonction publique. Les Mandarins de Boston étaient un groupe de joueurs d’échecs à la fin du 19e siècle, dont John Finan Barry, L. Dore, CF Burille, FH Harlow, le Dr Edward Mowry Harris, le CF Howard, le Major Otho Ernst Michaelis, le Général William Cushing Paine, le Dr H. Richardson, CW Snow, Henry Nathan Stone, Franklin Knowles Young et Preston Ware. Le groupe était à la base de ce qui allait devenir le club moderne d’échecs de Deschapelles à Boston.

Ware était un joueur de tournoi avide et a joué dans le deuxième tournoi international d’échecs , Vienna 1882, le meilleur tournoi d’échecs de son temps. Il a terminé à la seizième place des dix-huit marquant un total de 11 points sur 34, mais il a battu Max Weiss et le vainqueur du tournoi, Wilhelm Steinitz dans un match de 113 coups. À l’époque, Steinitz n’avait pas perdu ou tiré un match pendant neuf ans avant ce tournoi et était le champion du monde non officiel.Ware a également participé aux premier, deuxième, quatrième et cinquième congrès américains d’échecs.

L’autre titre de gloire de Ware était son jeu d’ouverture excentrique. Il a utilisé le Ware Opening (connu sous le nom de Meadow Hay Opening), le Corn Stalk Defense (parfois connu sous le nom de Ware Defense) et le Stonewall Attack. Vers 1888, il réintroduit la défense Stone-Ware au Evans Gambit, également nommé Henry Nathan Stone (1823-1909). (Il avait été joué par Alexander McDonnell contre Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais en 1843.)

 

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.a4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

 

 

1.a4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

Les Blancs jouent 1.a3

Début Anderssen

Adolf Anderssen (né le 6 juillet 1818 à Breslau, Royaume de Prusse (aujourd’hui Wrocław, en Pologne) et mort le 13 mars 1879 (à 60 ans) dans la même ville, alors dans l’Empire allemand) est un joueur d’échecs allemand. Considéré comme le meilleur joueur du monde après un important tournoi tenu à Londres en 18511, il est considéré comme l’un des meilleurs représentants de l’école romantique.

Résultat de recherche d'images

L’immortelle d’Anderssen

Londres 1851

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.a3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.a3 c5

 

Récapitulatif répertoire Noir

 

 

Les Blancs jouent 1.b4

Récapitulatif répertoire Noir

L’ouverture de l’orang-outang ou ouverture Sokolski, ou encore ouverture polonaise, est caractérisé par le premier coup 1. b4.

Alexey Sokolsky (circa 1950).jpg

Alekseï Pavlovitch Sokolski est un joueur d’échecs et un théoricien des échecs soviétique né le 5 novembre 1908 à Kangouch dans le Gouvernement de Penza(aujourd’hui Oblast de Penza) et mort le 27 décembre 1969 à Minsk.

Sokolski fut vice-champion de la république soviétique de Russie en 1935. Il finit cinquième du championnat de Léningrad en 1937-1938. Champion d’Ukraine à deux reprises (en 1947 et 1948, après un match de départage contre Poliak), il se qualifia quatre fois pour la finale du championnat d’échecs d’URSS (en 1944, 1949, 1950 et 1954).

Il remporta le premier championnat d’URSS d’échecs par correspondance 1948-1951.

Aleseï Sokolski fut le secondant de Issaak Boleslavski en 1950 et 1953 lors des tournois des candidats. Il fut vice-champion de Biélorussie en 1958 et 1960

L’ouverture de l’orang-outang est une ouverture rare. Selon ChessBase, le coup 1. b4 est le neuvième coup le plus populaire. Elle est classée sous le code A00 dans l’Encyclopédie des ouvertures d’échecs (ECO).

Xavier Tartakover, joueur français d’origine polonaise, joua ce coup pour la première fois à haut niveau au Tournoi de New York en 1924 et appela ainsi le début à la suite d’une visite au zoo du Bronx.

L’ouverture n’a jamais été populaire à haut niveau, bien que quelques forts joueurs l’aient employée occasionnellement (par exemple Richard Réti contre Abraham Speijer à Scheveningue en 19232 et Boris Spassky contre Vasily Smyslov en 19603).

Le joueur soviétique  écrivit un livre sur cette ouverture qu’il jouait fréquemment (Дебют 1 b2-b4, 1961).

1.b4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

1.b4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

 

 

Les Blancs jouent 1.b3

Le début Larsen est une ouverture du jeu d’échecs également connue sous le nom d’ attaque Nimzo-Larsen. Son Code ECO est A01.

Lancé par l’école hypermoderne, ce début a été fréquemment joué par le champion danois Bent Larsen qui remporta de nombreux succès avec cette ouverture dans les années 1960 et 1970. Pendant cette période, le début fut populaire, et même Bobby Fischer l’a joué. L’ouverture a ensuite été de moins en moins pratiquée après la fin des victoires de Larsen, au point d’être devenue très rare de nos jours.

Image illustrative de l'article Bent Larsen

Jørgen Bent Larsen (né le 4 mars 1935 à Thisted, mort le 9 septembre 2010 à Buenos Aires1) était un joueur d’échecs danois, grand maître international depuis 1956.

Larsen a été six fois champion du Danemark et candidat au championnat du monde d’échecs à quatre occasions : en 1965, 1968, 1971 et 1977. Il a remporté trois tournois interzonaux : Amsterdam 1964, Sousse 1967 et Bienne 1976, ainsi que de nombreux tournois d’échecs majeurs tout au long de sa carrière (dont le tournoi d’Hastings et le tournoi des hauts-fourneaux de Beverwijk). Il a été le premier joueur à recevoir l’Oscar des échecs en 1967. Depuis le début des années 1970, il vivait une partie de l’année à Las Palmas et à Buenos Aires, avec son épouse d’origine argentine.

Bent Larsen a été considéré comme le plus fort joueur d’échecs ayant jamais vu le jour au Danemark, et le plus fort joueur de Scandinavie jusqu’à l’émergence de Magnus Carlsen dans les années 2000. Dans la seconde moitié des années 1960 et au début des années 1970, Larsen était, avec Bobby Fischer, considéré comme le meilleur joueur non-soviétique dans le monde. Il fait pourtant partie, à l’instar de Paul KeresDavid Bronstein ou Viktor Kortchnoï, des joueurs du sommet de l’élite qui dominèrent leur époque mais qui ne devinrent jamais champions du monde.

Récapitulatif répertoire Noir

1.b3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.b3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

Les Blancs jouent 1.c3

L’ouverture de Saragosse.

Le nom « Saragosse provient bien sûr de la ville espagnole de Saragosse. En 1922, un tournoi à thème (1.c3) fut organisé à Mannheim avec trois participants, Siegbert Tarrasch (qui remporta l’épreuve), Paul Leonhardt et Jacques Mieses.

Ouvrir par 1.c3 est certes peu ambitieux. D’accord, ce coup a le mérite d’ouvrir une diagonale pour la reine, mais il ne participe que timidement à la lutte pour le centre. Il prépare d4, mais il eut été meilleur pour les blancs de jouer ce coup immédiatement. Disposer un pion en c3 a aussi le désavantage d’ôter au cavalier-dame sa case de développement idéale. Ce n’est malgré tout pas un coup si horrible que cela, néanmoins, et il existe de nombreuses possibilités de transposition. Notamment un système que l’on connait à savoir le Stonewall en premier.

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.c3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

1.c3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.c4

La Partie anglaise 

 

L’ouverture anglaise ou partie anglaise. Elle débute par le coup 1. c4. Les Blancs contrôlent le centre (la case d5). Après 1. c4, les transpositions dans d’autres ouvertures comme la Caro-Kann ou la Slave, la Hollandaise, le Gambit dame refusé, des ouvertures indiennes (1. d4 Cf6 2. c4), la Partie catalane ou le Début Réti sont fréquentes. Les réponses 1…e5 et 1…c5 donnent plutôt lieu à des développements propres à l’Anglaise, avec des parties de louvoiement (surtout après 1…c5, et notamment ce qu’on appelle le système hérisson). Les Blancs peuvent débuter par 1. c4 pour éviter certaines ouvertures comme la défense Grünfeld la défense nimzo-indienne (car les Blancs retardent ou s’abstiennent de jouer d4), le Gambit dame accepté, les défenses Benoni ou le Gambit Benko.

Le choix de cette ouverture n’est pas conseillé pour les débutants, qui n’ont pas un très bon sens positionnel. L’Anglaise plaît particulièrement aux joueurs qui aiment quitter les sentiers battus.

Le nom de l’ouverture vient de ce qu’elle a été jouée par le champion anglais Howard Staunton contre le Français Pierre Saint-Amant lors de leur match de 1843. Saint-Amant avait alors répondu 1…c5.

Staunton

Description de l'image Staunton.jpg.

Saint Amant

PierreSaintAmant.JPG

Cette ouverture a néanmoins été traitée pendant longtemps « avec suspicion » par ceux qui considéraient que les blancs devaient obligatoirement occuper le centre avec un pion au premier coup de la partie. Dans les années 80 Nigel Povah (Maître International Britannique) note que si elle fait partie du répertoire de nombreux grands maîtres, elle a longtemps peu été jouée aux niveaux moins élevés, car il existait peu de livres sur ce sujet. Cette tendance a néanmoins été corrigée à cette époque.

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.c4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.c4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

 

Les Blancs jouent 1.d3

Indienne ancienne (ou ouverture Mieses

Récapitulatif répertoire Noir

Jacques Mieses 

(27 février 1865 à Leipzig, Allemagne – 23 février 1954 à Londres)

Image illustrative de l'article Jacques Mieses

Joueur d’échecs allemand et juif puis britannique. En 1950, la fédération internationale lui décerna le titre de grand maître international des échecs. En 1938, pour échapper aux exactions nazies, Jacques Mieses s’installa au Royaume-Uni et obtient dans les années 1940 la nationalité britannique. Mieses mourut en 1954.

1.d3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

1.d3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

 

Les Blancs jouent 1.d4

Jouer d4

Récapitulatif répertoire Noir

1.d4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.d4 f5

La défense hollandaise

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.e3

L’ouverture Van ‘t Kruijs

Elle doit son nom au joueur néerlandais (nl) Maarten van ‘t Kruijs


Récapitulatif répertoire Noir

L’ouverture Van ‘t Kruijs, 1.e3, doit son nom au joueur d’Amsterdam Maarten van ‘t Kruijs (1813–1885) qui remporta le sixième championnat néerlandais en 1878.

L’ouverture 1.e3 n’est, selon ChessBase, pas très populaire : onzième sur vingt. Le coup 1.e3 libère le fou-roi, et prend une option modeste sur le centre, mais n’en demeure pas moins un coup passif. Le développement du fou-dame est quelque peu entravé par le pion en e3, et les blancs n’ont pas pour habitude de se contenter d’une modeste option sur le centre.

Bien que n’étant pas un premier coup agressif, il peut déboucher sur des lignes de la défense Anglaise (c2-c4), de la partie du Pion-dame (d2-d4), de la défense Française inversée (d2-d4 retardée), ou encore de la défense Hollandaise inversée (f2-f4).

Les GMs choisissent certes rarement l’ouverture Van ‘t Kruijs, mais les possibilités de transposition suffisamment diversifiées expliquent le fait qu’elle a toutefois su attirer certains d’entre eux, comme Pavel Blatny, Aron Nimzowitsch ou Bent Larsen. Garry Kasparov a utilisé le coup 1.e3 contre Fritz pour le “sortir des bases”.

Variantes auxquelles un nom a été donné :

  • Attaque Amsterdam : 1. e3 e5 2.c4 d6 3.Cc3 Cc6 4.b3 Cf6

  • Variante Ekolu : 1. e3 e5 2. Cc3 d5 3. f4 exf4 4. Cf3

  • Variante Alua : 1. e3 e5 2. Cc3 Cf6 3. f4 exf4 4. Cf3

  • Variante Akahi : 1. e3 e5 2. Cc3 Cf6 3. f4 exf4 4. Cf3

  • Variante du fou bondissant : 1. e3 e5 2. Fc4 b5 3. Fb3

1.e3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

1.e3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.e4

Récapitulatif répertoire Noir

1.e4 c5

(La défense Sicilienne)

Récapitulatif répertoire Noir

 

L’idée principale de la défense sicilienne est d’opposer à l’avantage d’espace des blancs au centre et à l’aile roi, un contre-jeu actif à l’aile dame, retardant souvent le petit roque. Depuis plusieurs décennies, elle est très populaire, car elle offre aux noirs de réelles chances de gain sans devoir se contenter de l’égalisation, tandis que d’autres ouvertures, comme la défense russe, limitent certes les chances des blancs, mais offrent moins de perspectives de victoire aux noirs également. La sicilienne conduit à un jeu très dynamique, et offre des possibilités de victoire aux deux camps, ce qui plaît généralement aux joueurs de club.

De plus, elle s’impose dans tout répertoire d’ouvertures d’un joueur de première catégorie. Selon le GMI Svechnikov, « aucun joueur ne peut devenir champion du monde s’il n’inscrit pas dans son répertoire la défense sicilienne. »

Cette ouverture, l’une des plus étudiées sur le plan théorique, contient de très nombreuses variantes. En effet, Greco le Calabrais l’étudiait déjà au XVIIe siècle. Cependant, elle ne figurait pas, à la différence de la partie espagnole et de la partie italienne, dans le Manuscrit de Göttingen, ni — à la différence notamment de la défense française ou de la défense scandinave — dans le Traité de Lucena, deux ouvrages qui rassemblaient l’essentiel du savoir échiquéen à la fin du XVe siècle. De ce point de vue, la défense sicilienne peut être considérée comme un raffinement de la théorie échiquéenne naissante à cette période.

1.e4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

Les Blancs jouent 1.f3

Début Barnes

Récapitulatif répertoire Noir

Thomas Wilson Barnes (né en 1825, mort en 1874) était un maître d’échecs anglais qui fut un des meilleurs joueurs britanniques à l’époque de la visite de Paul Morphy au Royaume-Uni en 1858.

Barnes a eu l’un des meilleurs résultats face à Morphy durant la brève visite de ce dernier en Europe. Il fut vaincu à l’issue de plusieurs rencontres amicales (+7 -19 = 1), mais il fut le seul joueur à gagner sept parties contre le champion américain. Lors du tournoi de Londres de 1862, le seul auquel il ait participé, il se classa 7e-8e derrière Serafino Dubois et Wilhelm Steinitz. Il gagna contre Joseph Henry Blackburne, Augustus Mongrédien mais perdit face à Dubois et Steinitz.

 

Thomas Wilson Barnes.jpg

1.f3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.f3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.f4 

La  Bird (ou début Bird) tire son nom du maître anglais du XIX siècle Henry Bird.

Selon ChessBase, chez les maîtres, 1.f4 est le sixième coup en popularité. Il est bien moins populaire que l’ouverture de flanc symétrique 1.c4 (l’ouverture anglaise) principalement parce que 1.f4 affaiblit quelque peu l’aile roi blanche. Un des rares grands maîtres à l’avoir employé régulièrement est le Danois Bent Larsen. 1.f4 est aussi fréquent aux parties du GMI Danielsen

Description de l'image Henry Edward Bird (1877 drawing by Sam Loyd).jpg.

Henry Edward Bird (Portsea, 14 juillet 1830 – 11 avril 1908) était un célèbre joueur d’échecs britannique et auteur échiquéen.

Bird fut invité au premier tournoi international de Londres à l’âge de 21 ans. Il participa aussi à des tournois comme ceux de Vienne et du New Jersey. En 1858 il perdit un match contre Paul Morphy. Au tournoi de New York de 1876, Bird reçut le premier prix de beauté jamais décerné, pour sa partie contre James Mason.

Il remporta les tournois de Londres en 1879 (tournoi du club de la City de Londres), de Gouda (tournoi de la fédération néerlandaise) en 1880, Londres (cinquième congrès britannique d’échecs) en 1889 (ex æquo avec Isidor Gunsberg) et Londres 1891 (tournoi d’hiver du Simpson’s Divan).

En 1874 Bird proposa une nouvelle variante du jeu d’échecs, se jouant sur un échiquier 8×10 et contenait deux nouvelles pièces, le garde (cumulant les pouvoirs d’une tour et d’un cavalier) et un écuyer (combinaison d’un cavalier et d’un fou). Les échecs de Bird inspirèrent d’ailleurs à José Raúl Capablanca une autre variante, les Échecs Capablanca, qui ne diffère des échecs de Bird que par sa position de départ.

Bird a aussi écrit deux livres nommés Chess History and Reminiscences, et An Analysis of Railways in the United Kingdom.

On doit aussi à Bird une ouverture, la Bird, soit le coup blanc 1. f4, ainsi que la célèbre Défense Bird, soit 3…Cd4, qui est une variante de la partie espagnole (1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5).

Récapitulatif répertoire Noir

1.f4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

1.f4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.g3

Ouverture Benko ou Barcza ou Benko-Barcza

Récapitulatif répertoire Noir

Pal Benko, né Pál Benkő le 15 juillet 1928 à Amiens (France), est un joueur d’échecs américain d’origine hongroise. Il est grand maître international et compositeur de problèmes d’échecs.

Benko est né en France mais a grandi en Hongrie, il est le champion d’échecs de Hongrie à l’âge de 20 ans. Il émigre aux États-Unis en 1958 après sa défection au terme du championnat du monde étudiant par équipe à Reykjavik en 1957. Il obtient le titre de grand maître de la Fédération internationale des échecs en 

 

Résultat de recherche d'images pour "pAL bENKO"

1.g3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.g3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.g4

Le début Grob

Le début Grob est une ouverture du jeu d’échecs. Analysée et pratiquée par le joueur suisse Henri Grob (1904–1974) qui l’a surtout utilisée dans le jeu par correspondance, elle est caractérisée par le coup 1.g4 et se place dans la catégorie des jeux de flanc. Son code ECO est A00. Elle est extrêmement rare. Le premier intérêt du début Grob est l’effet de surprise. En effet, même de bons joueurs connaissant parfaitement les ouvertures classiques peuvent être pris au dépourvu devant ce coup des plus inhabituels. Si les Noirs ne font pas attention, ils risquent de perdre la partie très rapidement.

Résultat de recherche d'images

La recommandation de Basman

«Ne jouez pas la Grob, mais si vous persistez, jouez très vite h3. Ceci est suivi par un coup de pion (d4, c4), le développement du fou en f4, l’attaque du petit roque noir par g5 et h5 lorsque c’est possible, sans parler de la triple pression sur la case d5 simultanément par la Dame en b3, le Cavalier en c3, le Fou en g2. En général, même si ce n’est pas à jouer contre un grand ou super grand maître, il est possible de produire une attaque tactique à un haut niveau de jeu, y compris international. Grob lui-même le recommandait pour des parties par correspondance. Concernant les tournois classiques, il estimait que les « nerfs » qu’il fallait pour sortir des sentiers battus sécuritaires était loin d’être une amusette. »

 

Récapitulatif répertoire Noir

 

1.g4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.g4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.h3

L’ouverture Clemenz

Récapitulatif répertoire Noir

 

.Hermann Clemenz (1846–1908), un joueur Estonien.

Résultat de recherche d'images pour "Hermann Clemenz"

Cet autoportrait d’Hermann Clemenz n’est pas une représentation du joueur d’échecs (Portrait que je n’ai pas trouvé) mais du peintre Berlinois du 19è siècle. J’aime beaucoup, alors je me suis permis cette liberté!

De même que l’ouverture Anderssen, 1.a3, 1.h3 est un coup perte-de-temps, mais tout de même pas un coup déconstructif. Il ne permet ni d’occuper, ni de contrôler le centre, pas plus qu’il ne favorise le développement des pièces. Il engendre aussi un léger affaiblissement de l’aile-roi, toutefois pas aussi important que celui généré par l’attaque Grob (1.g4) ou l’ouverture Barnes (1.f3). Vu que les blancs n’ont vraisemblablement aucun besoin de commencer la partie en jouant un coup aussi inutile, 1.h3 compte parmi les premiers coups les plus rares. Notons toutefois que Michael Basman a expérimenté 1.h3; en particulier, il a essayé la suite 2.g4 (transposition dans une Grob), et la suite 2.a3, suivi d’un rapide c4, une ligne surnommée la « Creepy Crawly ».

Les noirs ont plusieurs possibilités de réponses. Les plus usuelles sont 1…d5 and 1…e5, qui visent, stratégiquement, à occuper l’espace au centre. 1…b6, autre réponse possible, permet la mise en fianchetto du fou pour mettre sous tension les pions blancs affaiblis, tout en anticipant une expansion des blancs sur l’aile-roi par g4. Si les blancs jouent bien après 1.h3, il n’est pas certain que les noirs puissant obtenir un avantage conséquent.

1…f5 est l’une des réponses les plus faibles pour les noirs : les blancs répondent alors 2.d4, transposant dans une ligne très pointue de la défense hollandaise, présentée originellement par Korchnoi. L’idée des blancs est de jouer 3.g4!? même si cela doit entraîner un sacrifice de pion (2.g4!? est possible aussi); la partie peut se poursuivre ainsi : 2.d4 Cf6 3.g4!? fxg4 4.hxg4 Cxg4 5.Dd3 Cf6?? (5…g6! est nécessaire) 6.Txh7! Txh7 7.Dg6#.

1.h3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.h3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.h4

L’ouverture Després.

Cette ouverture tire son nom du joueur d’échecs français Marcel Després (1890-1973). Comme bien d’autres ouvertures rares, elle possède plusieurs noms comme « ouverture Kadas », « ouverture Anti-Borg », « ouverture Samurai », et « attaque Reagan ».

Photo de M. Marcel DESPRÉS, ancien sénateur

Marcel Desprès est un homme politique français né le 25 janvier 1890 à Pierreclos (Seine-et-Oise) et décédé le 6 novembre 1973 à Saint-Germain-du-Bois (Saône-et-Loire)

Polytechnicien (promotion 1909), il s’engage dans l’armée en 1915 et y reste jusqu’en 1923. Il se lance ensuite dans l’industrie des liqueurs. Élu maire de Saint-Germain-du-Bois en 1934, conseiller général en 1935, il est sénateur de Saône-et-Loire de 1937 à 1940. Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Inéligible à la Libération, il quitte définitivement la vie politique.

Egalement joueur d’échecs, il nomme notamment son nom à une ouverture, l’ouverture Desprez.

Récapitulatif répertoire Noir

1.h4 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.h4 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.Cf3

Le début Réti

Récapitulatif répertoire Noir

Ce début est caractérisé par le coup Cf3 joué au tout début de la partie — comme premier coup le plus souvent, mais, 1. g3 ou bien 1. c4 peuvent précéder Cf3, comme dans la partie Garry KasparovAnatoli Karpov ci-dessous — et ceci, sans que les Blancs jouent leur pion d à d4 (sinon, il y a transposition dans un autre début qui n’est plus une ouverture de flanc).

On parle d’un début de flanc pour décrire le début Réti, car les Blancs cherchent à contrôler le centre à distance sans l’occuper. Quant aux Noirs, ils peuvent choisir de jouer ou non le pion central d en d5 (il existe par exemple la variante de ce début 1. Cf3 d5 2. g3 Cf6 3. Fg2 g6 4. d3).

Richard Réti, né le 28 mai 1889 à Pezinok, près de Bratislava, et mort le 6 juin 1929 à Prague, est un joueur d’échecs, né hongrois, puis devenu, comme sa région d’origine, tchécoslovaque après la Première Guerre mondiale.

Réti est l’un des plus forts joueurs des années 1910 à 1920, et, avec Gyula Breyer, l’un des fondateurs de l’école hypermoderne.

Image illustrative de l'article Richard Réti

1.Cf3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.Cf3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

Les Blancs jouent 1.Ch3

L’ouverture Amar

Récapitulatif répertoire Noir

 

L’ouverture Amar (également nommée Ouverture Paris, ouverture du cavalier saoul, et ouverture Ammonia) débute par le coup 1.Ch3. Si on appelle parfois cette ouverture « Ammonia », cela est du au fait que NH3 est la formule chimique de l’ammoniaque. L’amateur parisien Charles Amar la jouait dans les années 1930. C’est probablement Tartakower qui rendit courant l’usage des deux noms, bien que l’auteur échiquéen Tim Harding ait suggéré, non sans une pointe d’humour, qu’Amar était un acronyme pour Absolutely Mad and Ridiculous (c’est-à-dire complètement fou et ridicule) (Winter 1996, p. 89).

 

1.Ch3 c5

Récapitulatif répertoire Noir

1.Ch3 f5

Récapitulatif répertoire Noir

 

 

Récapitulatif répertoire Noir

 

Les ouvertures aux échecs