Match Philidor Stamma (Londres 1747)

En 1747, Philidor battit

Résultat de recherche d'images pour "andré françois Danican philidor"

 Stamma,

StammaPhilip 1705-1755.jpg

 

8 à 2, en donnant l’avantage du pion et du trait à son adversaire. Huit parties furent gagnées par Philidor, une par Stamma et une partie fut nulle ; la partie nulle comptait pour une victoire de Stamma.

Sa réputation (Stamma) tenait pour une large part à son recueil d’études intitulé Essai sur le jeu des echecs ou Les secrets des échecs(1737),

qui fut traduit en anglais (1745) et en allemand (Breslau, 1784). Ce livre, le premier à utiliser la notation algébrique, popularisa en Europe l’art des finales d’échecs, fort appréciées depuis des siècles au Moyen-Orient. Il a été réédité au xxe siècle sous le titre « Cent positions désespérées3 » car il contient une centaine de fins de parties.

En novembre 2015 parait une nouvelle édition de l’essai de Philippe Stamma de 1737 adapté en français contemporain intitulé Les cent fins de parties de Philippe Stamma4.

Œuvre

(fro) Philippe Stamma, Essai sur le jeu des echecs : où l’on donne quelques Regles pour le bien joüer, & remporter l’avantage par des Coups fins & ſubtils, que l’on peut appeller les Secrets de ce Jeu, Paris, impr. Emery,