La méthode classique




Sur le plan technique le traitement des ouvertures est l’un des gros problèmes dont l’approche pédagogique constitue certainement un point important. Mais quelle est la nature même de cette difficulté ? Imaginons ce que peut penser un joueur débutant à son premier coup, c’est bien beau la liberté mais trop de liberté effraie. Sans un minimum de repères on se sent vite perdu face à un tel dédale de possibilités et même avec du talent ce sentiment d’impuissance et de doute poindra rapidement. Pour un joueur un peu plus averti il saura que la théorie des débuts existe, mais cela reste le plus souvent beaucoup trop succinct et on en revient vite à une pratique anarchique.

Ouvrir aux échecs c’est débuter une partie. Bien évidemment on peut jouer ce que l’on veut et le débutant le fera allègrement, « sans savoir ! » alors que le joueur confirmé sait que tout se joue dès les premiers coups! Voilà, nous sommes déjà dans la complexité, et oui il y a des ouvertures, chacune possédant plus ou moins de variantes sans compter les sous variantes etc… C’est ce qu’on appelle la théorie des débuts, il y a des livres, des Encyclopédies, ( sans compter Internet maintenant !) tout y est répertorié, classé, il y a de bonnes lignes ( suites théoriques ) et des lignes inférieures, avec dans telle ligne de la sicilienne avantage blanc, là un gros avantage pour les noirs dans l’Arkangelsk de l’Espagnole, et malheur à celui qui s’égare dans les méandres du gambit dame refusé ! La théorie existe, elle est vaste, indigeste, en plus elle évolue telle une langue vivante, et il est préférable de la connaître, et suivre son évolution! Ce travail complexe, ne peut être entrepris que par les plus ambitieux et les plus travailleurs et ne peut concerner les joueurs qui débutent.

Présentons plus en détail cette difficulté, cela peut constituer au passage une ébauche de méthode pour ceux et celles qui voudraient malgré tout s’engager dans cette voie.

Il faut choisir un premier coup blanc qui induit un travail sur toutes les réponses noires.

Sur 1.e4 par exemple (Coup conseillé pour le débutant, quelle folie) il y a pas moins de 11 réponses noires et pas des moindres.

1…c5 Défense Sicilienne / 1147126 parties (la plus agressive)

1…e5 Début ouvert / 681874 parties (une vie de travail, surtout avec l’Espagnole)

1…e6 Défense Française / 373749 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…c6 Défense Caro-Kann / 201867 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…d6 Défense Pirc/Ufimsev / 126396 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…d5 Défense Scandinave / 108524 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…g6 Défense Moderne / 82442 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…sf6 Alehkine / 69395 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…sc6 Nimzovitsch / 69395 parties (solide et jouée à haut niveau)

1…b6 Défense Owen / 8733 parties (moins jouée)

1…a6 Défense Miles / 2123 parties (Rare)

Avec les Noirs nous dépendons du premier coup blanc, il nous faudra choisir une défense. Même si nous ne prenons que les 4 premiers coups les plus joués cela nécessite déjà un travail énorme. Profitons en pour les présenter dans l’ordre.

1.e4 on peut choisir 1…c5 la sicilienne ou tant d’autres (Elles sont citées juste au dessus)

1.d4 on peut choisir 1…d5 1…f5 la défense hollandaise ou 1…sf6 Les défenses indiennes

1.c4 on peut choisir parmi les 3 grandes lignes 1…c5 1…e5 ou 1…sf6

1.nf3 là on peut choisir ce que l’on veut!

Voilà la méthode classique, elle a ses vertus, et toute personne qui veut faire carrière devra se l’approprier ( Pas toutes les ouvertures mais se constituer un répertoire, faire un choix parmi tous ces débuts avec les Blancs et toutes ces défenses avec les Noirs ) . Cependant son acquisition et sa maîtrise constituent un obstacle de taille pour le joueur débutant pas forcément très doué, qui n’a pas beaucoup de temps pour son étude et dont la motivation n’est pas celle d’un Bobby Fischer. La théorie classique est difficile d’accès car elle nécessite un gros travail de mémorisation/compréhension. De plus le propre du joueur débutant est qu’il évolue dans des tournois où la théorie ne serait pas pertinente, car aucun joueur débutant ne la récite ? Et puis pourrons nous garder en mémoire autant de lignes, sans les oublier pire les mélanger.

Bon, admettons qu’un jour on ait la chance de rencontrer un connaisseur qui va avec beaucoup de courtoisie jouer les mêmes variantes théoriques, (Youpi je n’ai pas travaillé pour rien) on imagine bien qu’un coup non théorique adviendra tôt ou tard ? On peut s’interroger dès lors, sur la capacité d’adaptation du joueur débutant qui bascule d’un seul coup d’une récitation tranquille aux affres d’une vraie prise de décision.

Pour ma part je pense que ce traitement classique des ouvertures n’est pas du tout adapté à un joueur débutant. Le danger est de s’engager dans cette voie sans savoir où l’on met les pieds, le plus souvent sans méthode ce qui débouchera tôt ou tard (le plus souvent tôt, voire très tôt) sur un arrêt du travail, donnant ainsi nombre de joueurs de clubs qui stagnent avec des bribes de connaissances (désolé pour ceux et celles qui se reconnaîtraient).

Si ce même joueur débutant prenait la décision malgré tout d’utiliser cette méthode classique, il devra mettre au point une méthode et un programme d’entraînement.

Voici une proposition.

Etablir son répertoire à savoir choisir son ou ses premiers coups blancs et les défenses (donc avec les Noirs) selon ce que joue les Blancs.

Les coups blancs les plus fréquemments joués sont:

1.e4 1.d4

1.c4

1.Cf3

La question de 1.e4 1.d4 ou 1.c4 ?

Jouer 1.e4

(débuts ouverts si les noirs jouet 1…e5 ou semi ouverts les autres réponses noires)

Nature des parties: Jeu tactique/Activité des pièces

On entend souvent dire qu’un joueur débutant doit commencer par 1.e4? Ok pourquoi pas mais il y a quand même onze réponses possibles et pas des moindres, à partir de là il faut assumer et être cohérent soit on la joue au feeling soit on travaille, ce qui implique travail et méthode.

  • Travailler régulièrement

  • Acquérir la Théorie (Beaucoup de boulot mais c’est possible, même si peu le font)

    • Se faire des fiches

    • Dossiers Chessbase

  • Beaucoup pratiquer (Compétition, parties amicales, logiciels, internet)

Jouer 1.d4

(débuts fermés si les noirs jouent 1…d5 ou semi fermés pour les autres coups)

Quant à la masse de travail cela me paraît plus judicieux, puisqu’il n’y a que trois réponses principales

1…d5 avec en général le gambit Dame

1…Cf6 les défenses indiennes

1…f5 la défense Hollandaise

Jouer 1.c4

Bon choix, moinsn connu et il me semble qu’il nécessite moins de travail que 1.e4 (Cà c’est sûr) et d4. En plus 1.c4 permet de jouer des systèmes symétriques avec les Noirs (1…c5 étant en quelque sorte en anglaise en second, ce type de transposition rejoigniant ma méthode d’enseignement)

« Dans l’approche classique nous devons choisir des défenses noires ce qui démultiplie le travail. C’est bien d’avoir un répertoire vaste, encore faut il le maîtriser par un travail régulier et intensif ».

Les défenses

Il est bien évident que nous ne jouons pas toujours avec les Blancs. Il faut donc pour avoir un répertoire « bouclé », choisir une défense sur chaque 1er coup blanc.