Champion du Monde après le forfait de Fischer (1975)

En 1975, Fischer refusait les conditions du match et perdait son titre qui est décerné à Anatoli Karpov. Ce dernier avait battu Viktor Kortchnoï l’année précédente lors de la finale du tournoi des candidats 12,5 à 11,5 (+3 –2 =19).

Fischer refuse de jouer selon les règles habituelles du meilleur des 24 parties, exigeant le format ancien du premier à remporter dix (ou six ou huit) victoires qui avait été utilisé par Steinitz et Lasker de 1892 à 1908 et par Capablanca contre Alekhine en 1927. La Fédération internationale des échecs (FIDE) offre un compromis qui consiste au meilleur des (x) parties avec (6) victoires, mais Fischer refuse. La FIDE accepte ensuite un format premier à remporter 10 victoires mais Fischer exige alors de conserver le titre en cas d’ex aequo 9-91. La FIDE ne cède pas sur ce point, Fischer refuse les conditions du match et Karpov est proclamé champion du monde en avril 19752.

Tournoi des candidats

Le tournoi des candidats fut joué selon un format à élimination directe. La première ronde était remportée par celui qui remportait trois victoires, les suivantes l’étaient par celui qui en remportait quatre. La finale en 24 parties vit la victoire de Karpov +3 -2 =19.

Quarts de finale Demi-finales Finale
     
 Drapeau : URSS Anatoli Karpov  3
 Drapeau : URSS Lev Polougaïevski  0
 Drapeau : URSS Anatoli Karpov  4
 
 Drapeau : URSS Boris Spassky  1
 Drapeau : URSS Boris Spassky  3
 Drapeau : États-Unis Robert Byrne  0
 Drapeau : URSS Anatoli Karpov  3
 
 Drapeau : URSS Viktor Kortchnoï  2
 Drapeau : URSS Viktor Kortchnoï  3
 
 Drapeau : BrésilHenrique Mecking  1
 Drapeau : URSS Viktor Kortchnoï  3
 
 Drapeau : URSS Tigran Petrossian  1 (forfait)
 Drapeau : URSS Tigran Petrossian  3
 Drapeau : République populaire de Hongrie Lajos Portisch  2

Lors de la finale entre Kortchnoï et Karpov, Kortchnoï s’est adressé à l’arbitre, O’Kelly, pour savoir s’il pouvait roquer alors que sa tour était en prise3,4 (ce qui est bien permis, seul le roi ne devant pas être en échec).