Années 1860 Anderssen à Steinitz

Après 1859, Morphy ne disputa plus de match ou de tournoi d’échecs. Pendant les années 1860, plusieurs joueurs disputèrent la suprématie du monde des échecs : Adolf AnderssenLouis PaulsenIgnác KolischWilhelm Steinitz et les élèves de Anderssen : Gustav Neumann et Berthold Suhle.

Adolf Anderssen vers 1860.

Le tournoi de Londres, organisé pendant l’exposition universelle de 1862, fut remporté par Adolf Anderssen devant Louis PaulsenJohn OwenGeorge MacDonnellDubois et Steinitz.

Article détaillé : Tournoi d’échecs de Londres 1862.

La même année, en 1862, Paulsen et Anderssen disputèrent un match qui se termina par l’égalité (4 à 4). En 1864, Anderssen perdit un match contre son élève Gustav Neumann. La même année, Anderssen annula un autre match contre Berthold Suhle (qui ne disputa pas de compétition après 1865).

En 1866, Londres était le haut lieu des échecs. Les clubs londoniens organisèrent un match entre Wilhelm Steinitz et Adolf Anderssen, le vainqueur étant le premier à obtenir 8 victoires (les nullités ne comptant pas). Après douze parties, le score était de six victoires de chaque côté. Steinitz l’emporta finalement 8 victoires à 6 et aucune partie nulle. La même année, Steinitz battit Henry Bird sur le score de sept victoires à cinq et cinq parties nulles. Certains auteurs9,10,11,12 ont écrit plus de 20 ans plus tard (après le premier championnat du monde officiel de 1886), que Steinitz était champion du monde des échecs à partir de 1866, mais ce n’était pas l’avis des contemporains. Aucun des meilleurs joueurs : Anderssen, Neumann, Paulsen, Steinitz et Kolisch ne pouvait prétendre à une supériorité claire13 et aucune preuve n’existe que Steinitz se soit proclamé champion du monde en 1866.

En 1867, Steinitz fut devancé au tournoi de Dundee par Gustav Neumann qui avait déjà battu Anderssen lors d’un match disputé en 1864. Lors du tournoi de Paris 1867, Steinitz termina troisième derrière Kolisch et Winawer. En 1868, Kolisch arrêta de jouer pour gagner sa vie en travaillant pour la banque Rotschild. Dans les années suivantes, il devint millionnaire et sponsorisa des tournois d’échecs dans les années 1870 et 1880.