La défense Otrhodoxe


La défense orthodoxe du gambit dame refusé est une ouverture du jeu d’échecs. Ce nom désigne aussi bien la position sur l’échiquier après les coups

1.d4 d5 2.c4 e6 3. Cc3 Cf61,

qu’après la suite de coups

1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 Cf6 4.Fg5 Fe7 5.e3 Cbd7 6. Cf3 0-02

ou, par transposition,

1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 Cf6 4.Fg5 Cbd7 5.e3 Fe7. 6. Cf3 0-0.

Orthodoxe désigne en fait ce qui est conforme à la tradition, au classicisme. Le terme a été lancé par Siegbert Tarrasch pour se moquer d’un certain conformisme1 (cette façon de jouer était presque jugée la seule valable à tel point que lors du Championnat du monde d’échecs 1927 entre José Raúl Capablanca et Alexandre Alekhine, quasiment toutes les parties ont été des « défenses orthodoxes »). Tarrasch promouvait sa défense qui se distinguait par le coup 3… c5 (la « défense Tarrasch »)3.

Principales continuations après 3. Cc3 Cf6

Après 1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 Cf6, 4.Fg5 (attaque Pillsbury)4 est le coup le plus agressif à la disposition des Blancs. 4. Fg5 est joué avec l’idée 5.cxd5 exd5 6.Fxf6 forçant la reprise avec le pion g, car sur 6…Dxf6, il suit 7.Cxd55.

4. Cf3 donne aux Noirs l’occasion de bifurquer :

La position après 1. d4 d5 2. c4 e6 3. Cc3 Cf6 4. Fg5 Cbd7

Après 4.Fg5,

  • 4… Cbd7 donne l’impression que les Blancs gagnent un pion par 5. cxd5 exd5 6. Cxd5. Mais les Noirs gagnent en fait une pièce pour un pion par le pseudo-sacrifice de dame 6… Cxd5 7 .Fxd8 Fb4+! 8.D d2 Fxd2+ 9.Rxd2 Rxd86. C’est le piège de l’éléphant. 4…Cbd7 renforce donc bien le pion d5.
  • 4… c5 5. cd5 Db6 est le gambit Canal-Prins7.
  • 4… Fe7 sans …Cbd7 conduit, après …h6, à des déviations de la défense orthodoxe, les variantes appelées « néo-orthodoxes8 » (défenses Lasker et Tartakover).

Après 4… Cbd7, les Blancs jouent le plus souvent 5.e3 (5. cxd5 et 5. Cf3 sont les autres possibilités) et les Noirs ont le choix entre :

  • 5… Fb4, qui transpose dans des lignes de la défense de Manhattan9 ou de la défense Ragozine ;
  • 5… c6 ;
  • 5… Fe7, la variante principale de la défense orthodoxe (que l’on obtient également après 4. Fg5 Fe7 5. e3 Cbd7), qui a l’avantage de préparer le petit roque.

Après 5… c6, une variante est 5…c6 6. a3 Fe7 7. Cf3 O-O 8. Fd3 dxc4 9. Fxc4. Dans cette variante, les Noirs prennent en c4 uniquement après que les Blancs ont déjà joué leur fou f1, faisant ainsi perdre un tempo à ce fou qui doit reprendre en c4. Si les Blancs jouent 6. Cf3, les Noirs peuvent amener la défense Cambridge-Springs après 5… c6 6. Cf3 Da5. La variante 6. a3 est appelée variante anti Cambridge-Springs, ou Cambridge Springs refusée, de Capablanca9. 6. Dc2 est une autre variante anti-Cambridge Springs utilisée par Réti9. .

La « position didactique » (après 4. Fg5 Cbd7 5. e3 Fe7 6. Cf3 0-0)

La position « didactique » après 4. Fg5 Fe7 5. e3 Cbd7 6. Cf3 0-0

Après 4. Fg5 Cbd7 5. e3 Fe7 (ou 4. Fg5 Fe7 5. e3 Cbd7), les Blancs jouent 6.Cf3 et non 6.Fd3, car sur 6…dxc4, ils perdent un tempo.

Après 4. Fg5 Cbd7 5. e3 Fe7 6. Cf3, les Noirs peuvent jouer 6… O-O.

La position après 6. Cf3 O-O est appelée « position didactique » par Le Lionnais qui écrit : « Longtemps — des environs de 1890 à la seconde guerre mondiale — ce début a fait figure d’aboutissement normal de la partie Dame, et pour certains, même, du jeu d’échecs. Il a constitué le thème principal du match Alekhine-Capablanca de 1927. Considéré toujours comme très solide, il a cependant passé peu à peu au second plan10. »

Dans l’Encyclopédie des ouvertures d’échecs, la variante principale de la défense orthodoxe obtenue après 4. Fg5 Fe7 5. e3 Cbd7 6. Cf3 O-O occupe les codes D60 à D69, soit autant de numéros que la défense semi-Tarrasch et la défense semi-slave (codes ECO D40 à D49)11.

Après 6. Cf3 O-O, 7. Fd3 a été beaucoup pratiqué par Mikhail Botvinnik durant les années 1930 ; 7. Dc2 est l’attaque Rubinstein12 et le coup principal est 7. Tc1, par lequel les Blancs cherchent toujours à ne pas perdre de tempo avec leur fou. 7.Tc1 rend délicate l’avance du pion c7 en c5 car les Blancs pourront ouvrir à leur guise la colonne c, qu’ils contrôlent par ce coup de tour.

Une grande ligne est 7. Tc1 a6, qui peut se poursuivre par 8. a3, 8. b3, 8. cxd5, 8.c5 ou 8. Dc2, ce dernier coup donnant ce qu’on appelle la « variante de Carlsbad » après 8. Dc2 c6. La variante de Carlsbad peut déboucher sur 9. a3, 9. a4, 9. cxd5 ou 9. c5. Il n’y a donc pas une mais des « variantes orthodoxes ».

Variante classique après 6. Cf3 O-O 7. Tc1 c6

7… c6 (après 7. Tc1) prépare les coups libératoires …dxc4 et …Cd5, et constitue la ligne principale. Si les Blancs veulent poursuivre la « lutte pour le tempo », ils jouent 8. Dc2, et sinon 8. Fd3. Les Blancs ne voient aucun inconvénient à jouer 8. Fd3 car le temps perdu à jouer deux fois le fou sera regagné quand les Noirs devront jouer …c6-c5 après …c7-c6. Après 7. Tc1 c6 8. Fd3, il peut suivre 8…dxc4 (« première manœuvre de libération de Capablanca »), dont le but est la libération du fou c8, puis 9. Fxc4 Cd5 (« seconde manœuvre de libération de Capablanca », les échanges de pièces atténuant le désavantage du camp noir en manque d’espace) et 10. Fxe7 Dxe7, dernier coup par lequel la dame noire soutiendra l’avance …e6-e5, ce qui permettra de dégager la diagonale c8-h3 pour le fou c813.

Exemple de partie (variante principale)

L’exemple suivant fut joué sur un échiquier vivant (les pièces étant représentées par des individus) en 1924 à Berlin lors d’une partie d’exhibition (sans enjeu sportif) entre Akiba Rubinstein (Blancs) et Emanuel Lasker, soit deux des meilleurs joueurs du début du xxe siècle14 :

1. d4 d5 2. c4 e6 3. Cf3 Cf6 4. Cc3 Fe7 5. Fg5 Cbd7 6. e3 0-0 (la défense orthodoxe est obtenue après une interversion de coups.)

7. Tc1 c6 8. Fd3 dxc4 9. Fxc4 Cd5 10. Fxe7 Dxe7 11. 0-0 Cxc3 12. Txc3 e5 13. Cxe5 Cxe5 14. dxe5 Dxe5 (la manœuvre de libération de Capablanca)

15. f4 (l’attaque Rubinstein13)

15… De7 16. f5 Fd7 17. e4 Tad8 18. Dh5 Dxe4 19. Tg3 Dd4+ 20. Tf2 Fxf5 21. Dxf5 Dxc4 22. Txg7+ Rxg7 23. Df6+ Rg8 24. Dg5+ 1/2-1/2 (échec perpétuel).

Bibliographie

Notes et références

  1. ↑ a et b François Le Lionnais et Ernst MagetDictionnaire des échecs, éd. PUF, 1967, p. 279
  2.  Gabor KállaiTraité Moderne des Ouvertures Tome II, Caïssa Chess Books, 1997, page 11.
  3.  Reuben FineLes idées cachées dans les ouvertures d’échecs, éd. Payot, section sur la défense Tarrasch)
  4.  Purdy’s 24 hour Opening Repertoire
  5.  Michel Benoît (Champion de France), Les échecs, éd. Solar, 1978,(ISBN 2-263-00209-X), page 108.
  6.  (en) Leonard BardenPlay Better Chess, Revised Edition, Treasure Press 1987, p. 24.
  7.  Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse, 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4)p. 249
  8.  François Le Lionnais et Ernst MagetDictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p.p. 269
  9. ↑ ab et c Richard RétiLes Grands Maîtres de l’Echiquier
  10.  François Le Lionnais et Ernst MagetDictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p.p. 115
  11.  Encyclopédie des ouvertures d’échecs, volume D, Belgrade, 1977 à 2004.
  12.  François Le Lionnais et Ernst MagetDictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p.p. 341
  13. ↑ a et b Larousse des échecs : Découvrir, approfondir, maîtriser (préf. Joël Lautier), Paris, Éditions Larousse, 480 p. (ISBN 978-2-03-518207-4)p. 250
  14.  Partie modèle N° 68 dans le Bréviaires des échecs de Savielly Tartakower, éd. Le Livre de Poche.